À quand le magasinage social (social shopping) au Québec ?

Par le 8 juin 2008

Considérée comme la 2ième étape de l’évolution des réseaux sociaux, le magasinage social (social shopping) a un potentiel énorme ! En effet, on compte à ce jour selon le magazine Direction informatique de juin 2008, 100 000 réseaux sociaux de par le monde desservant plus de 350 millions d’utilisateurs.

Mais qu’est-ce que le magasinage social ? On peut définir le magasinage social (social shopping) comme l’établissement de réseaux planétaires de consommateurs qui se réfèrent des aubaines et s’échangent des conseils de consommation. C’est donc une expérience qui combine les deux activités préférées des internautes après la « recherche sur les moteurs », c’est-à-dire le magasinage et le réseautage.

Le « social shopping » est définitivement une nouvelle catégorie de e-commerce. On le retrouve donc principalement aux États-Unis. Parmi les sites les plus populaires notons Kaboodle.com, Wits.com et StyleHive.com qui se spécialise dans la mode féminine.


Au Québec, OneBigPlanet, une entreprise de Montréal, offre une solution adaptée à la clientèle corporative en offrant sa plateforme de commerce et de fidélisation aux associations et aux organisations. Ces dernières offrent à leur tour le service à leurs membres. On a donc une valeur ajoutée qui semble plaire beaucoup. Malheureusement pour nous, l’entreprise n’offre pas encore le service en français au Québec.

Il n’en reste pas moins que l’outil est intéressant car il permet à l’utilisateur d’avoir les meilleures aubaines qui correspondent à son profil et ce, en temps réel. Un logiciel de « business intelligence » enrichit le profil du membre au fur à mesure de ses habitudes de navigation sur le portail.

Du point de vue du référenceur (SEO), les outils de Web 2.0 restent toujours intéressants à explorer. Bien sûr, dans le cas de plateforme comme OneBigPlanet c’est l’effet de longue traîne (long tail) plus que le référencement dynamique qui nous attire, car le volume aidant, cela constituerait certainement une variante atypique sur des niches spécialisées. Je pense à des comparatifs avec des cas d’école comme Ebay largement décrit par Chris Anderson.


D’ailleurs, en terminant, il est bon de se rappeler que le magasinage social est vraiment pris au sérieux par les joueurs majeurs d’Internet. A titre d’exemple rappelons-nous simplement le lancement par Ebay en octobre 2007 sous l’appellation « ebay Neighborhoods » de près de 600 micro-réseaux sociaux destinés à capter au bond cette tendance forte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archive