Le référencement naturel et la longue traîne

Par le 18 mai 2008

C’est en octobre 2004 que Chris Anderson publia son article dans Wired sur la notion de ‘’ Long Tail ‘’(longue traîne).

À l’instar du principe de Pareto où 20% des ventes des produits vedettes procurent 80% du chiffre d’affaires, Anderson explique que c’est l’inverse qui se passe sur Internet, c »est-à-dire que ce sont les produits de faible demande qui procurent par leur nombre 80% du chiffre d’affaires et ce, notamment sur les sites Web d’achat en ligne tels : Amazon, Rapsody ou Netflix.

Le principe étant que les produits vendus très peu souvent, dépassent en volume par leur immense éventail de possibilités, les ventes des produits vedettes (voir figure ci-dessous).

Lorsque l’on transpose le principe de la ‘’ longue traîne ‘’ au monde du référencement, ce sont les mots clés qui nous intéressent et leurs innombrables possibilités de combinaison à utiliser sur les moteurs de recherche. Le but étant, d’augmenter la visibilité d’un site Web.

Sur la courbe, ce sont les mots clés génériques (très général) qui constituent la tête et le contenu textuel du site Web qui constitue la traîne; ici comme toujours le contenu est roi. Les avantages d’augmenter le nombre de mots clés restent importants.

Trois avantages de la ‘’longue traîne ’’ pour le référencement

  1. Meilleur taux de conversion des visiteurs
  2. Positionnement Web plus facile
  3. Création de trafic plus important et plus stable

Pour bénéficier de ces avantages il faut cependant respecter deux conditions. Il faut avoir un site Web bien étoffé de centaines, voire de milliers de pages et faire un suivi serré de ses statistiques de fréquentation.

Généralement, les sites Web dynamiques réagissent parfaitement au référencement, de type ‘’longue traîne’’. Parmi les sites qui pourraient aussi bénéficier de ces avantages, on peut penser aux comparateurs de prix, aux annuaires spécialisés et bien sûr aux sites commerciaux. Par exemple, une requête comme ‘’ robe rouge en coton de petite taille ‘’ a plus de chance de trouver preneur que ‘’ robe en coton’’.

Comme on peut le voir il s’agit d’un travail continuel de suivi voire d’ajustement de contenu. D’autant plus que sur plusieurs moteurs de recherche la quantité des nouvelles expressions augmente rapidement. Google déclarait en mai 2007 que 20 à 25% des requêtes quotidiennes sur son moteur n’avait jamais été demandées auparavant !

En définitive, si l’on retient que jusqu’à 80% du trafic de qualité est généré par la longue traîne, je crois que cela mérite les efforts soutenus de référencement, de validation statistique et d’optimisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archive