Le tableau périodique du SEO.

Par le 13 juin 2011

L’excellent site de référencement « Search Engine Land » a publié récemment le tableau périodique du SEO; faisant référence au tableau périodique des éléments en chimie.

Ce tableau périodique du SEO tente d’illustrer les choses les plus importantes à faire pour obtenir une augmentation de son trafic et de sa visibilité auprès des moteurs de recherche comme Google et Bing.

Le référencement organique qui est souvent considéré à tort comme mystérieux, voire presqu’alchimique aux yeux de certains, se retrouve maintenant décodé par une classification s’apparentant à celle de Mendeleïev. L’exercice est réussi.

Tableau périodique du SEO

Bien sûr, la division du tableau en « SEO on-page » et « SEO off-page » rappelle celle des métaux et non- métaux. On peut également faire la comparaison avec les lanthanides et actinides qui sont les éléments les plus volatiles et les plus lourds du tableau périodique. Ils sont aussi les plus instables. À titre d’exemple l’élément 112 se désagrège seulement après quelques millisecondes. Le parallèle avec l’idée de volatilité des éléments chimiques de cette nature s’associe fort bien avec les pratiques de black hat comme le cloaking et le spam par liens. Tout comme ces éléments les résultats obtenus par ces pratiques ne durent pas et risquent de pénaliser lourdement les entreprises dont les sites Web ont été référencés de la sorte.

On peut également s’amuser à comparer l’emplacement des éléments du tableau SEO avec celui des éléments chimiques. On observe que la réputation (Sr) se compare à l’oxygène (08) et que le partage (shares) se compare au souffre (S16). Peut-on en déduire qu’une bonne réputation amène de l’oxygène et que l’on risque d’être étouffé à trop partagé ?

Quoi qu’il en soit ce tableau périodique SEO a l’avantage de simplifier le référencement de façon schématique. Il permet d’éloigner cette vision du référencement qu’ont certains clients croyant à tort qu’il s’agit de la pierre philosophale permettant de changer des positions de plomb en or sur Google.

De toute façon à la longue même l’or peut être toxique, cela a été le cas de la maîtresse du roi Henri II, Diane de Poitiers, décédée en 1566, empoisonnée par l’or qu’elle absorbait pour rester jeune…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archive