Que se Passe-t-il avec les Grands Annuaires au Canada ?

Par le 10 mars 2006

Deux importantes transactions effectuées entre géants de l’industrie sonnent la rentrée. La première concerne la vente de SuperPages par Verizon Communications à la compagnie Bain Capital pour une somme de 1,985 G $, le 9 septembre 2004. La deuxième est une entente stratégique conclue entre Google et Groupe Pages Jaunes, le 21 septembre. Qu’est-ce que cela représente dans le paysage canadien des annuaires téléphoniques ?

Verizon Communications a annoncé officiellement la vente de ses activités d’annuaires au Canada, SuperPages Canada, au fonds privé de placement Bain Capital LLC de Boston. Cette vente doit se finaliser dans les derniers mois de 2004. Verizon a acquis SuperPages en 2001 de la compagnie Telus pour une somme de 810 millions $. Verizon Communications est la plus importante société de téléphonie locale aux États-Unis et le chef de file mondial en matière d’annuaires imprimés et en ligne.

SuperPages Canada est, et reste, l’éditeur exclusif des annuaires de Telus au Canada. Il a été constitué par la fusion des éditeurs provinciaux des annuaires de Telus et de la Dominion Information Services de Colombie Britannique. Il est le deuxième fournisseur de services de renseignements annuaires au pays avec 14 millions d’exemplaires. Groupe Pages Jaunes étant le premier.

La compagnie possède également un annuaire en ligne, SuperPages.ca, totalisant plus de 1 million d’entrées d’entreprises et 12 millions d’inscriptions résidentielles. Ses revenus proviennent des solutions publicitaires offertes aux annonceurs commerciaux. Surtout présente dans l’Ouest, son objectif vise à gagner tout le Canada et à consolider sa part de marché dans l’industrie en ligne des pages jaunes qui est en effervescence.

Selon des communiqués de l’Associated Press et de la Presse Canadienne diffusés le 2 septembre 2004, Verizon Communications cherchait depuis un certain temps à se départir de quelques actifs pour réduire sa dette et réunir du capital. La compagnie veut s’investir davantage dans le domaine de l’accès Internet à haute vitesse, les services sans fil et la vidéo sur demande. Mais elle garderait ses parts dans Telus.

Voyons, à présent, l’entente conclue entre Groupe Pages Jaunes (GPJ), et Google. Cette entente permet à GPJ d’offrir ses inscriptions d’affaires sur Google Local Canada, un nouveau service de recherche dans les deux langues officielles. Ainsi, la base de données constituée de 2, 4 millions d’inscriptions commerciales canadiennes de GPJ est désormais accessible via les adresses Local.Google.ca ou Google.ca, en plus de l’être sur le site PagesJaunes.ca.

Les avantages qui en résultent profitent autant aux utilisateurs qu’aux annonceurs, dit-on. Les utilisateurs ont une meilleure accessibilité aux données locales et obtiennent une précision accrue des résultats. Les annonceurs obtiennent une plus grande visibilité, car, selon le vice-président d’Annuaires électroniques de Groupe Pages Jaunes, Jean-Pascal Lion, cet accord de distribution entre les deux compagnies assure l’accès complet aux informations locales canadiennes à partir d’une seule source.

Rappelons que GPJ est le plus important éditeur d’annuaires téléphoniques au Canada et l’éditeur officiel de Bell Canada. Avec 18 millions d’exemplaires distribués, il rejoint 70 % de la population canadienne. Son mandat est de faire le lien entre l’utilisateur et l’annonceur. Ses revenus, tout comme SuperPages, proviennent en grande partie de la publicité payée par les PME canadiennes.

Groupe Pages Jaunes gère aussi les annuaires en ligne les plus consultés au Canada avec en moyenne 3,2 millions de visiteurs uniques par mois : PagesJaunes.ca, YellowPages.ca, Canada411.ca, CanadaSansFrais.ca, CanadaTollFree.ca et CanadaPlus.ca qui comprend MontrealPlus.ca, QuebecPlus.ca, CalgaryPlus.ca, EdmontonPlus.ca, OttawaPlus.ca et VancouverPlus.ca. Il est aussi un chef de file dans le marché des sites urbains en ligne.

La compagnie est la propriété de Kohlberg Kravis Roberts et Co (KKR), de la Banque d’affaires du Régime de retraite des enseignants de l’Ontario et de Bell Canada. Afin d’améliorer son service de publicité sur ses annuaires électroniques auprès des annonceurs, GPJ avait passé, en mai 2003, une entente de partenariat avec 24/7 Canada, une importante société de publicité Internet et de marketing.

Google, lui, indexe plus de 4 milliards de documents et répond à plus de 2 millions de demandes par jour. Les sites de Google Canada ont reçu plus de 12,3 millions de visites uniques au cours du mois de juillet 2004 selon les statistiques de ComScore Media Metrix Canada. L’entreprise possède deux sources de revenus : les services de recherche et les programmes de publicité.

L’entente entre Google et Groupe Pages Jaunes combine la technologie de recherche, l’information locale contenue à l’échelle mondiale dans le Web et la base de données spécifiques des annuaires GPJ. La compagnie d’annuaires canadienne élargit ainsi l’accessibilité à ses entrées et s’assure de revenus publicitaires auprès des annonceurs : selon des études réalisées en 2003 pour GPJ par CRM Associates et TNS Canadian Facts, 71 % des Canadiens consultent les annuaires chaque mois, 55 % d’entre eux font un achat et 43 % représentent de nouveaux consommateurs pour l’annonceur.

Pour Google cette transaction répond à ses objectifs d’expansion, dont la recherche locale ou « géolocalisée » (pages jaunes, annuaires commerciaux, plans, numéros de téléphone, adresses) qui représente un marché en pleine croissance : selon les informations fournies par Kelsey Group et BizRate, 25 % des activités commerciales en ligne se font au niveau local, ce qui enthousiasme Google et son concurrent Yahoo! qui le précède dans ce secteur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archive