2008 : le référencement dans le retro

Par le 14 janvier 2009

Décembre, le temps des fêtes et aussi des bilans ! L’année qui s’achève a été riche de nouveautés et de rebondissements dans le (pas si pe-tit!) monde du référencement tant organique que payant. Difficile de faire le tri, mais si l’on ne devait retenir que quelques éléments…

Le contenu est toujours roi. Plus que jamais la quête d’un contenu original est à l’honneur. Les techniques de reconnaissance du Duplicate Content par les outils de recherche se sont considérables affinées. Appliqué à l’optimisation pure, un bon travail de rédaction des balises titre et description est indispensable. La notion de qualité s’applique également aux nébuleux domaines des liens. Le principe de TrustRank, en simple somnolence, prône la recherche de la qualité au détriment de la quantité. On pourrait dire qu’il y a une forme « d’intelligence » de la part des moteurs de recher-che. Ces derniers étant de plus en plus aptes à « comprendre » nos requêtes et à nous re-tourner l’objet précis de nos recherches. Pour preuve les applications de recherches universelles que les différents moteurs mettent en place tour à tour. Pour preuve également, les développements en direction d’un web sémantique, intelligible. Mais aux prédicateurs du web 3.0, les statistiques attestent du succès du web commu-nautaire. Partout à travers la planète, les réseaux sociaux ont littéralement explosés. L’éventail est large, les internautes n’ont que l’embarras du choix ! Du gros joueur comme Facebook à des micro-réseaux sociaux de niche, il y a en pour tous les goûts. Le web est participatif et son influence sur les résultats dans les moteurs de recherche est palpable. De plus en plus de requêtes retournent des liens en provenance de ces réseaux. Globalement cette dimension sociale sert le référencement par son aspect viral. Des plateformes telles que Facebook ou Youtube, permettent de « pousser » des actions ciblées, de créer des buzz marketing.

Les compétences divinatoires s’élèvent au rang d’art si l’on s’essaie à prédire ce que sera le référencement en 2009. Cependant il y a fort à parier que le spectre d’une crise financière majeure et globale aura un impact et des répercussions sur le web marketing. Pour y faire face, il faudra plus que jamais se démarquer, sortir du lot. Le web y contribuera avec ses outils, ses applications. La publicité comportementale via les classiques liens sponsorisés (PPC) sur les mo-teurs de recherches, est une avenue intéressante à explorer. Adjoint aux réseaux sociaux, le marketing comportemental représente une force de vente indéniable. Les possibilités semblent alléchantes pour quiconque souhaite voir afficher ses annonces en direction d’un public ciblé. Les techniques propres à l’optimisation et au référencement seront toujours de mises avec la prise en compte des applications nouvelles telles que la recherche universelle que les moteurs vont continuer de développer. Cela confère une dimension multimédia au référencement car il ne s’agit plus d’optimiser les textes, mais également les images, les sons et les vidéos. La frontière est mince entre tous ces supports devenus perméables et acteurs d’un bon référencement. La lancée communautaire va se poursuivre, les audiences des sites le laisse penser. L’impact sur les résultats des moteurs de recherche, l’opportunité d’accroître ses bac-klinks seront des éléments dont le poids risque de s’élever au sein du processus de réfé-rencement. L’individu sera au centre des attentions, pour preuve la récente option offerte aux titulai-res de compte Google de classer les résultats du moteur. Ces applicatifs sans toutefois révolutionner le monde du référencement, contraindront les référenceurs professionnels à s’adapter.

L’année 2009 réserve de belles surprises à ceux qui s’intéressent au marketing web, au référencement et au positionnement sur les outils de recherche. Dans ce tunnel technologique, l’internaute demeure le point de convergence. Peu importe qu’il s’agisse de référencement naturel ou de liens sponsorisés, en bout de ligne, l’intérêt premier est de se faire connaître auprès de l’internaute, de répondre à ses attentes, de le fidéliser. Les enjeux techniques, technologiques, commerciaux, voire humains sont considérables. L’internet est exponentiel, le défi réside dans l’adéquation de l’offre et de la demande. Faire coïncider les besoins des internautes avec les sites présents sur le web. C’est tout l’art du référencement, science inexacte, toujours mouvante que l’équipe d’Affluences s’efforcera encore de maîtriser pour les besoins de ses clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archive